LE PARC NATIONAL DES CALANQUES, HISTOIRE DE L’INDUSTRIE MARSEILLAISE

Dès l’Ancien Régime, le littoral Sud de la cité phocéenne est le lieu d’installation privilégié de grandes fabriques de savon et leur intense activité participe alors au rayonnement international de la Ville.

Leur éloignement de Marseille, leur topographie et l’accès à la mer dans des anses protégées font des Calanques une zone privilégiée pour l’implantation des grandes industries naissantes. Le manque de connaissance de l’époque sur les conséquences environnementales de ces activités expliquent une situation aujourd’hui inconcevable. 20 usines et sites industriels vont alors engendrer une pollution durant près de 200 ans.

L’ANCIENNE USINE DE LA MADRAGUE À TRAVERS LES ÉPOQUES

L’usine de la Madrague de Montredon a traversé les époques et l’ère industrielle. Au 19ème et 20ème siècles, cette usine est un fleuron de l’industrie marseillaise. En 2009, elle sera la dernière usine du Parc National des Calanques à fermer ses portes.

Le site témoigne aujourd’hui de l’histoire du Parc National des Calanques et de son industrialisation. Son passé est celui de Marseille, fait de périodes fastes, de déclins et de reconversions naissantes.

 

  • 18ème SIÈCLE

    1710 / Édification d’une maison de villégiature, style Louis XIII, par Nicolas Roze, dit Chevalier Roze.

    1776 / Édification de la Bastide des Sables, de style néo-classique.

  • 1874

    Hilarion Roux, nouveau propriétaire, transforme la propriété en site de production. La fabrication de plomb argentifère et de soude font les beaux jours de l’usine pendant près de 10 ans, mais le groupe Hilarion Roux fait faillite. L’usine de la Madrague ferme ses portes en 1883.

    La cheminée et son conduit de plus de 1 000 m de long, sont créés et deviennent de véritables patrimoines du site.

    Le site est laissé à l’abandon de 1884 à 1887.

  • 1887

    La société Mante Legré et Cie rachète l’usine aux enchères et la reconvertit pour y produire de l’acide tartrique. En 1979, le site est racheté par le groupe Margnat – Tassy.

    L’usine fermera ses portes définitivement en 2009.

  • 2011

    La société Oceanis achète le terrain pour développer un projet immobilier. Le promoteur ne prévoyant pas de dépolluer durablement le site, le permis de construire est annulé en 2013 pour non-respect de la loi Littoral et défaut d’assainissement.
  • 2017

    Le fonds d’investissement Ginkgo, spécialiste européen de la revalorisation des sites pollués, se rend propriétaire de la friche industrielle. Le site est mis en sécurité.

    Ginkgo initie rencontres & dialogues avec les CIQ, associations et riverains du site.

  • 2018

    Une Interprétation de l’État des Milieux (IEM), prescrite par la Préfecture est réalisée et finalisée en avril 2020 après tierce expertise de Brgm.
  • 2020

    Dépôt du plan de gestion, qui permet de dresser un état des lieux de la pollution actuelle de toutes les parcelles ICPE. Il repose sur plus de 300 analyses réalisées de 1997 à 2018.
  • Avril 2022

    Dépôt du PCT avec tierce expertise Brgm

RÉHABILITER LA FRICHE EN CONSERVANT L’ÂME DU QUARTIER

Redonner vie à un lieu d’exception ne peut se faire sans comprendre son histoire. Pour construire son projet de réhabilitation, Ginkgo s’est engagé dans une démarche de dialogue constructif avec les riverains, les CIQ et les associations environnementales et ainsi créer un « village à mer » en harmonie avec le patrimoine historique et architectural du site.

Depuis 2017, 17 réunions de travail ont été organisées afin de faire émerger un consensus positif sur ce secteur emblématique de Marseille.